Prestataires

Arnaud Petit : "Dron est un prestataire de l'innovation et de la culture de l'usage adapté"

Par Pascale Baziller | Le | Technique & scénographie

Dron Location qui fête ses 100 ans a pour ADN l’innovation. Elle travaille sur l'éco-responsabilité depuis des années et se distingue pour son expertise et son savoir-faire notamment dans l'événementiel, un secteur en développement.

Arnaud Petit, directeur des opérations de Dron - © Dron
Arnaud Petit, directeur des opérations de Dron - © Dron

Dron Location célèbre ses 100 ans cette année. Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Nous sommes spécialisés dans la location de matériel professionnel pour le BTP, l’industrie et l’événementiel mais nous sommes positionnés comme un prestataire de services. Notre métier est d’apporter des solutions à nos clients comme installer un groupe électrogène de 14 tonnes à 12 mètres de hauteur en assurant la câblerie, l’ingénierie et l’alimentation en carburant nécessaire. Nous avons ce savoir-faire technique et logistique. L’événementiel représente entre 10 et 15 % de notre chiffre d’affaires selon le calendrier événementiel saisonnier. Nous intervenons sur de grands événements assez pointus comme les 24 heures du Mans, Roland-Garros ou le Grand prix de Formule 1 de Monaco mais aussi des événements récurrents comme les festivals de musique, les grands concerts au Stade de France et les défilés de mode qui font appel à nous pour notre savoir-faire unique. Les organisateurs des défilés par exemple sont très exigeants sur la confidentialité, la qualité des matériels d’un point de vue de l’esthétique et de la fiabilité. On ne peut pas envisager la moindre panne sur un défilé. Nous fournissons des bungalows, du matériel d’élévation et de manutention, des groupes électrogènes pour alimenter des scènes. Nous travaillons également pour des événements en région avec des régisseurs locaux, pour des fêtes communales par exemple.

Dron Location, 100 ans d’innovation  - © Dron
Dron Location, 100 ans d’innovation - © Dron

L’éco-responsabilité sur les événements est devenu un enjeu majeur dans l’événementiel.  Comment appréhendez-vous cette question ?

En effet, nos clients notamment dans le secteur de l’événementiel ont un cahier des charges très strict en matière de RSE, de consommation et d’émission de CO2. Les organisateurs de festivals de musique par exemple ont des exigences très fortes sur la consommation de carburant et nous demandent d’être le plus vert possible dans nos prestations. Ce n’est pas un sujet nouveau pour notre entreprise. Cela fait des années voire des décennies que nous travaillons sur l’éco-responsabilité. Bien avant de parler des biocarburants ou des carburants de synthèse, nous avons réalisé des études avec nos clients sur leurs usages et leurs besoins. Ces derniers associés à une gestion à distance a permis de calibrer le groupe électrogène et la consommation de carburant à l’usage. Cette approche d’usage et non de puissance ou de matériel nous permet de réduire de 30 % à 40 % la consommation des festivals de rock. Certes, nous réalisons moins de chiffre d’affaires car nous vendons moins de grosses machines et de carburant mais nous avons un vrai impact sur l’environnement et nous fidélisons nos clients en leur apportant une ingénierie qui décarbone leurs événements. De fait, il faut toujours appel à notre entreprise. Notre approche a toujours été d’avoir une mission d’économie d’usage plutôt qu’une économie de production de déchets. Elle est écologique, nous sommes dans la durabilité du matériel, du réemploi. Nous avons des groupes électrogènes qui ont 20 ans, entretenus d’une telle manière qu’ils sont performants et moins polluants que certains autres groupes aujourd’hui. Nous produisons par exemple, pour nos clients événementiels, de l’énergie à partir d’un carburant de synthèse depuis un an et demi, cela va bien au-delà du biocarburant, nous réemployons des déchets avec des circuits-courts qui émettent 90 % de CO2 en moins qu’un carburant normal. 

Bungalows, matériel d’élévation et de manutention, groupes électrogènes… sont fournis au secteur événementiel - © Dron
Bungalows, matériel d’élévation et de manutention, groupes électrogènes… sont fournis au secteur événementiel - © Dron

Quelles sont vos dernières innovations ?

Nous avons lancé cette année des bases de vie 100 % autonomes, comme des bungalows qui n’ont besoin ni d’alimentation en électricité, ni en eau. Ils fonctionnent avec des panneaux solaires, un système de récupération des eaux de pluie, de traitement et de réinjection. Cela peut être utilisé sur des chantiers et des événements comme les festivals pour créer un espace VIP. À l’occasion de nos 100 ans, nous avons également présenté un générateur d’eau potable, en partenariat avec une entreprise. Nous avons conçu ce produit sur le modèle utilisé par les Phéniciens. Aujourd’hui, nous sommes capables de générer de l’eau potable sur site avec un système de condensation « industrielle », qui ne consomme aucune énergie. Ce matériel convient aux chantiers et aux événements qui se déroulent dans endroits où il n’y a pas accès à l’eau. Nous sommes les seuls à proposer ce produit. À côté de ces innovations inédites, nous développons avec les collaborateurs de l’entreprise qui nous font remonter leurs idées, des innovations qui permettent de gagner en énergie et/ou en temps ou de faciliter les process en interne. La recherche et développement fait partie d’une démarche globale d’amélioration continue de nos process, nos relations avec nos clients, nos fournisseurs et nos collaborateurs. Cette démarche inscrite dans les gènes de Dron qui a notamment été insufflée par Philippe Mathieu, un de ses dirigeants historiques s’est concrétisée en 2019 par la norme ISO 2001 et bientôt la norme 26000.

Comment se porte l’événementiel dans votre activité ?

L’événementiel est un marché stable mais qui tend à se développer car les acteurs de l’événementiel se tournent vers notre entreprise pour notre savoir-faire et notre expertise reconnus sur le marché. En effet, dans un contexte inflationniste, contrairement à d’autres secteurs, l’événementiel ne cherche pas du prix au détriment de la qualité, il raisonne en efficacité, écologie, et fonctionnement immédiat et sans heurts. Aujourd’hui, nous développons l’événementiel en région en ouvrant des agences comme en Bretagne, un territoire qui organise de nombreux événements. Paris Ile-de-France est bien sûr un marché porteur qui offre des opportunités grâce à ses différentes infrastructures et ses grands événements.

Comme la Coupe du monde de rugby 2023 et les Jeux olympiques et paralympiques Paris 2024 ?

Nous répondons en effet aux marchés liés aux travaux et sommes également sollicités pour le matériel (manutention, élévation groupes électrogènes, palissages de chantier, barrières événementielles, GBA pour délimiter des espaces…) sur certains stades et certains événements. Nous sommes intervenus sur de nombreux événements comme le Paris Premier Padel Major qui s’est déroulé au stade Roland-Garros en juillet dernier.  

Le recrutement, une problématique à laquelle vous êtes confrontés comme beaucoup de secteurs ?

Nous recherchons en permanence des commerciaux, des électrotechniciens, des électromécaniciens… entre 5 et 15 personnes tout au long de l’année. Nous avons des départs en retraite, une activité en croissance avec l’ouverture de nouvelles agences en Bretagne, Strasbourg et Lyon (10 antennes régionales), le développement de notre secteur, de notre chiffre d’affaires mais aussi la fidélisation de nos clients. Nos métiers sont à forte valeur ajoutée, extrêmement pointus et formateurs. Mais, ils sont peu connus et peu médiatisés. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)